Nemo Auditur

Tout droit… ou presque !

Nemo échange souvent avec ses collègues. Nous rions de nos (més)aventures . Mais quelques fois, il s’agit de rassurer, conforter voire de consoler.

Inquiétant. Car en dix ans, nos conditions de travail se sont fortement dégradées. Il y a, bien sûr, les objectifs statistiques à réaliser, coûte que coûte et « par tous moyens ». Des moyens souvent absents. Mais aussi des chefs de service à la RH douteuse, carriéristes et sourds à la pénibilité du travail. Dans certaines juridictions, on préfère regarder ailleurs plutôt que d’intervenir.

Ce constat, toutes les administrations le font. Le service public de la justice n’est pas le seul à dénoncer l’absence de moyens humains et financiers. Impôts, éducation, police ou santé souffrent, eux aussi, du matériel manquant, de locaux exigus mais surtout, de l’absence de vraies perspectives. Depuis des années, les politiques à court terme s’accumulent sans vrai pilotage ni cap défini.

Hier, Nemo a appris le départ de quatre collègues. Pas sur mobilité (on ne parle plus de mutation) ni détachement. Non. Quatre départs définitifs : ces collègues quittent la Fonction publique et rejoignent le privé. Deux d’entre elles deviennent collaboratrices d’avocat, l’autre (usée jusqu’à la corde) s’accorde une année sabbatique pour se réparer et réfléchir à l’avenir et la dernière, enfin, se réoriente dans un autre métier. Toutes aspirent à une vie meilleure, plus sereine et, disons-le, mieux rémunérée.

Comment les en blâmer ? Nemo s’est résignée. A dix ans d’une retraite bien méritée, certains thèmes, chers à la hiérarchie, ne la concernent plus. L’égalité homme/femme ou l’environnement numérique la font sourire quand son ministère, à Paris, est perquisitionné sous l’œil impassible du Garde des Sceaux.

A ces quatre collègues, Nemo leur souhaite de très vite (nous) oublier. De se reconstruire et de rebondir. Sans se tromper, Nemo leur prédit un avenir meilleur. Car le pire, elles l’ont connu.

Il n’est pas dit que Nemo les écoute un jour. Qu’un matin, elle signe au bas de l’énième proposition de contrat. Parce que la sécurité de l’emploi ne justifie pas tout. Tic… tac… le temps est compté.

Ce matin, Pleyel et Vivaldi 🎻.

6 réflexions sur “Réflexion(s) autour de départs

  1. Ambiance un peu générale ! Marcello et Bach par ici.
    Un peu de douceur et de sourires, madame la juriste, pendant les dix ans à venir.

    J'aime

    1. Nemo Auditur dit :

      Marcello et Bach… royal ! 😀 Bon week-end monsieur le dessinateur 🎶

      Aimé par 1 personne

  2. Filimages dit :

    La notion de « sécurité de l’emploi » n’est plus ce qu’elle était, du fait des mobilités imposées (sous peine de ne pas progresser) et du remplacement de plus en plus de fonctionnaires par des contractuels.
    Par contre, pour les emplois très qualifiés, l’écart salarial entre le privé et le public est toujours une cruelle réalité.
    Et s’il n’y avait que ça…

    J'aime

    1. Nemo Auditur dit :

      Dans mon corps, l’arrivée des contractuels fut un choc. Et même une provocation. D’ailleurs, les choses se passent mal car nous n’avons pas la même conception du service public. Une autre raison pour quitter la profession.

      Aimé par 3 personnes

  3. etoile31 dit :

    Tout d’abord, ce type est tout sauf un ministre et il est à ce poste avec un contrat à exécuter, c’est une évidence crasse. Ce type est un corporatiste, un homme d’affaires, et c’est sa seule et unique activité/compétence, du matin au soir, et la nuit, ce type est un mystification, ce type est un escroc, typiquement représentatif du mouvement « En Marche », et des néo-conservateurs de tous ordres-pays…

    Ce que tu évoques là pour le personnel de ce ministère au nom si noble ne peut se comprendre que par l’écart qui existe entre la réalité de la noblesse du nom de ce ministère et les missions « absolues » qui lui sont confiées et les totales et absolues injustices qui sont rendues à tous les niveaux. Mais c’est surtout dans le fondement même de l’action politique qui attribue les dites missions que l’on trouve la perversité et l’hypocrisie de ce système en général et ici en particulier… Partant de là comment veux tu croire et espérer en un fonctionement qui n’a pour seul objectif que de broyer les êtres et les individus.

    Cette civilisation qui sombre définitivement fonctionne sur des bases complètement malsaines et il semble naturel que tout s’effondre avec un système qui s’auto-détruit avec une efficacité remarquable..

    Exemple artistique actuel par le fait de simples photographies de l’action de l’homme sur son environnement terrestre et naturel…:

    L’expo en question (sic), à Montpellier en ce moment et pour l’été : https://photos.app.goo.gl/tGbkhfvdRcvqiKTc8

    On comprend tes collègues et tous ces jeunes qui ne veulent même plus entendre parler d’un formulaire RSA ou Pole-Emploi et qui préfèrent se marginaliser directement avec des diplômes d’ingénieurs comme en rêvent tous les parents ou bien ces mêmes ingénieurs surdiplômés (après qui courrent tous les chasseurs de têtes) qui préfèrent repartir en apprentissage à 35 ans(deux neveux et nieces) pour passer un CAP de plombier, de cuisinier , daide-ménagère et vivre dans la simplicité,

    Tu parles d’une start-up nation En Marche qui n’est qu’une machine à exclure, tuer et assassiner en s’arrangeant de leurs affaires entre escrocs patentés, légitimes: cf. Le marché des ventes d’armes à l’inde en 2016, au Pakistan, à l’Iran, la destruction de la Lybie, de l’Irak, de l’Afghanistan et j’en passe…

    J’ai fait quelques dizaines d’emplois de salarié et douvrier différents dans une grosse dizaine de multinationales et PME et l’injustice, l’hypocrisie, l’ignominie et le même système sont à l’œuvre partout et très bien entretenus et soutenus, organisés…

    J'aime

  4. One Day ... dit :

    Ce n’est guère mieux dans le privé, je le crains. Les conditions de travail ont bien changées également. En fait, ce sont les « humains » qui ont changé, qui n’ont plus les mêmes valeurs, les mêmes ambitions, la même éthique. Certes il y a des exceptions, mais de mon point de vue « on » a choisi d’aller vers le pire ! Tenez bon nous avons besoin de vous !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :