Nemo Auditur

Tout droit… ou presque !

Les musées de Perpignan, que Louis Alliot, maire de la ville avait rouverts malgré un décret ministériel du 29 Octobre 2020, devront fermer leurs portes au public. Et ce quel que soit le protocole sanitaire mis en place par la municipalité pour lutter contre la pandémie. 😷Ainsi en a décidé le juge des référés du Tribunal Administratif dans une décision qui rappelle à l’ordre les édiles rebelles de la République.

« Si de telles mesures sont susceptibles de remettre en cause l’appréciation portée par le Premier ministre sur la fermeture de ce type d’établissement, elles ne peuvent permettre à un maire de procéder lui-même à cette ouverture ».

Le maire de Perpignan n’interjettera pas appel de cette décision.

22 réflexions sur “[Justice] ⚖️ Rappel à l’ordre républicain

  1. etoile31 dit :

    C’est moi le Maire de Prades et le Premier Sinistre, c’est moi le copain du Roy, c’est mouah le Chef écépatouah! Épuitok!

    Le musée Hyacinthe Rigaud et l’hôtel Pams, le Palais des Rois de Majorque valent vraiment le détour, courez-y!

    J'aime

    1. Nemo Auditur dit :

      Les musées sont tous beaux. Et ils nous manquent terriblement. Mais y attrape -t-on le virus 🦠 ?

      Aimé par 2 personnes

      1. etoile31 dit :

        Le virus est partout où se trouve l’humain confiné, ce n’est pas d’aujourd’hui, on dispose simplement de bien davantage d’espace et de distanciation sociale dans un musée ou un centre d’art, votre une salle de spectacle aménagée que dans un centre commercial ou une cabine-rame de métro-train-avion, une école- collège-lycee-université, ou même un escalator-ascenceur d’entreprise ou encore que dans un domicile familial…

        On voit bien où est l’intention de toutes ces mesures ciblées, et de tout le dispositif qui les accompagnent…

        A moins d’avoir la tête dans le sable

        J'aime

        1. Nemo Auditur dit :

          Où est-elle, cette intention selon toi ?

          Aimé par 1 personne

          1. etoile31 dit :

            Redistribuer les cartes de l’économie et des structures publiques en privatisant tout ce qui peut l’être (jusqu’à breveter le vivant)en offrant les plus belles parts du gâteau aux meilleurs amis, les mêmes qui décident de ce qu’ils souhaitent contrôler.
            Mettre en place un contrôle social sophistiqué pour gérer de manière centralisée, et de manière privée qui fait quoi, quand et comment,

            C’est dans le prolongement direct de ce qui est à l’œuvre depuis les premières civilisations de l’antiquité, autrement dit, strictement rien de nouveau, sinon que la planète a été totalement détruite entre temps et en quelques décennies de démocratie…
            C’est juste un spectacle à observer et quand même à vivre, comme nous le faisons actuellement, comme nos lignées l’ont également fait…

            J'aime

            1. Nemo Auditur dit :

              Sauf que les présidentielles approchent et que les zécolos risquent bien de l’emporter. 🙂 Et les zécolos, outre qu’ils légaliseront le cannabis, s’opposeront à cette privatisation. Enfin, je crois. Heu… je ne sais plus.

              Aimé par 1 personne

              1. etoile31 dit :

                Heu avant que la finance lâche à la fois et Makron et Le Pen(à jouir), il y en a de l’eau qui va passer sous les ponts. Et puis légaliser le cannabis ça détendrait le trou du Kul à un paquet d’abrutis quand même.

                Mais Nemo la privatisation du vivant et des détruire socio-économiques est déjà opérationnelle depuis des décennies, depuis les banques jusqu’au génome humain. Le programme de lancement à même un nom »La Dérégulation » (http://www.toupie.org/Dictionnaire/Deregulation.htm), lancé dans les années 70, le programme a juste un peu de retard et en ce sens ce virus est dû pain béni pour les acteurs du programme qui est très actif. Le célèbre mouvement « Le Siècle » en est un fer de lance avec des individus comme Guigou, Duhamel, etc. (https://www.monde-diplomatique.fr/2011/02/DENORD/20132) et tout ce petit monde là se tient par la barbichette…. avec les résultats que l’on connait et que nous subissons chaque instant…

                J'aime

  2. iotop dit :

    Bon jour,
    En tout cas, c’est une preuve qu’avec de la méthode, des procédures adaptées on peut ouvrir les cinés, les musées, les restos …
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

    1. Nemo Auditur dit :

      Et oui ! Le ciné, c’est à voir. Mais les restos et les musées doivent rouvrir !

      Aimé par 2 personnes

      1. etoile31 dit :

        Au ciné personne ne parle et si tu neutralises une range sur deux et un siège sur deux, c’est toutous mieux que dans le métro et dans une cantine… ou une rue commerçante le samedi et le dimanche…

        Aimé par 1 personne

        1. Nemo Auditur dit :

          Je suis bien d’accord avec toi !

          Aimé par 1 personne

          1. etoile31 dit :

            Il y a donc bien une intention à couper la population des échanges sociaux et humains…, sinon quelle pourrait en être la raison…,?

            J'aime

  3. Pangloss dit :

    Fermer les musées quand le métro reste accessible est absurde. Une nouvelle preuve que l’autorité ne va pas sans une certaine dose d’absurdité.

    Aimé par 1 personne

    1. Nemo Auditur dit :

      Ou que le « en même temps » a atteint ses limites !

      Aimé par 1 personne

  4. Eh oui, le monde découvre avec effroi que nous ne sommes pas éternel!

    J'aime

  5. Filimages dit :

    Il y a effectivement moins de risque à aller au musée en respectant un protocole sanitaire strict, qu’à faire ses courses dans une grande surface bondée où chacun peut constater que c’est n’importe quoi.

    Peut-être que la raison est ailleurs et moins avouable.
    Un musée est souvent subventionné par l’État. Les ouvrir avec plus de personnels que de visiteurs coûterait beaucoup plus cher que les laisser fermés, même avec le chômage partiel. Dans le cas de Perpignan, ils avaient prévu 2 personnels dans chaque salle pour faire respecter le protocole ! Un gouffre financier. Si tous les musées faisaient de même, l’État mettrait (encore) quelques millions (milliards ?) de plus sur la table.

    Enfin, c’est juste mon avis et il offre une alternative à la théorie du complot planétaire des politiques infiltrés par des martiens francs-maçons qui veulent nous téléguider avec les ondes de la 5G après nous avoir injecté un vaccin empoisonné suite à une pandémie qui n’existe pas et même que c’est qu’une simple grippette inoffensive.

    J'aime

    1. etoile31 dit :

      Sinon que pour les personnels des collectivités territoriales, ils sont quand même payés à rester chez eux…. et puis la plupart des musées et centres d’art sont associatifs, c’est bien ce qui gêne le gouvernement par rapport à cette activité « subversive » dérangeante pour l’ordre établi et cela existe depuis bien avant le capitalisme et tes visions du monde à haut débit et nanoparticulées….
      Depuis des années les organisateurs de spectacle vivant font face à une intrusion insasive et intrusion de normes sécuritaires et répressives en tous genres, donc une de plus ou de moins, pour avoir vécu 45 ans l’histoire et son évolueront, je peux témoigner que le problème est loin d’être le nombre de vigiles et de budgets, et pour les musées nationaux parisiens, encore moins
      On en revient à l’intention…

      J'aime

      1. Filimages dit :

        Je ne comprends pas en quoi l’activité d’un musée peut être subversive et dérangeante pour qui que ce soit dans une démocratie. Partout en France, on trouve des musées sur tout et n’importe-quoi. Il me faut un exemple bien concret pour comprendre ton opinion.

        Aimé par 1 personne

        1. etoile31 dit :

          Courbet(pas besoin de dessin), Thierry de Cordier (https://www.ladepeche.fr/article/1998/06/10/184297-jean-claude-lattes-de-cimaise-et-portique.html), Robert Combas, André Serrano, Van l’insoutenable (https://www.arts-in-the-city.com/2017/10/16/le-domestikator-trouve-asile-au-centre-pompidou/)mais bon, c’est à n’en plus finir a propos des expositions qui sont régulièrement interdites, détruites, censurées tout au long de l’année et je passe sur celles que l’on ne verra jamais par censure directe ou auto censure des pouvoirs publics comme par exemple à Chateauvallon (https://www.universalis.fr/evenement/1er-13-fevrier-1997-licenciement-du-directeur-du-theatre-de-chateauvallon/), ou on s’en prend aux personnes physiquement

          Tu vis sur une autre planète, parce-que en musique, cinéma et littérature, mais la censure est permanente, ils ont même des commissions financées grassement par l’état pour certains secteurs d’activités, Ha Ha Ha!

          T’es-tu déjà intéressé au Plan Marshall d’après guerre concernant la culture….? Ça dure encore, (cf. La démokratie et les bisounours)

          J'aime

          1. Filimages dit :

            Il y aura toujours des allumés du crucifix pour se scandaliser d’une œuvre « religieusement incorrecte », mais il ne faut pas généraliser l’intolérance et les excès fanatique d’une minorité en les attribuant à toute la société.
            Pour l’article de 1997, le contexte était local et particulier, avec une guéguerre entre un maire FN et un directeur qui refusait ses subventions.
            Tout cela est très éloigné d’un État totalitaire qui fermerait tous les musées subversifs et mettrait leurs directeurs au goulag.
            Ce qui est rassurant, c’est qu’il t’a fallu remonter à 1997, 1998 et 2017 pour retrouver 3 exemples d’intolérance. Ouf !

            Je peux t’en donner d’autres plus récents, issus de mon expérience personnelle, où on m’a demandé d’arrêter une expo photo parce quelqu’un s’est plaint qu’il y avait un peu trop de « nu » à son goût. Le lâche a agit anonymement par personne interposée et comme il était « haut placé », les organisateurs ont obtempéré. Après enquête, j’ai su que le corbeau était aussi très assidu aux messes de la paroisse.
            Oui, la censure existe toujours, mais elle est du fait de quelques individus qui se sentent investis d’une mission divine, pas d’un quelconque système d’État.
            Nos politiques ont beaucoup de défauts, mais ils se foutent royalement de nos petites œuvres ou même de la levrette du Domestikator (lequel s’est réfugié dans un grand musée national, tu noteras). 😉

            J'aime

  6. etoile31 dit :

    Pour en revenir au sujet du dérangeant et du subversif, tu noteras quand même que c’est bien un choix que de permettre l’accès aux zones vides de sens où l’on se retrouve de fait en promiscuités quand ce n’est pas entassés. Et qu’il s’agit toujours d’un choux d’interdire l’accès à des univers spacieux ou comme par hasard se produit le réflexion et l’échange intellectuel. Le débat sur le livre a suffisamment mis en débat cette intention politique pour que cela apparaisse à tout le monde comme évident.
    Et dans laction de l’état, j’arrive encore à distinguer la fonction du politique de celle du fonctionnaire, exécutant de la besogne lesquels employés, comme on la vu par le passé sont capables de faire preuve de zèle dans certaines opérations politiques. L’histoire de Van Lieshout, c’est comme celle de Combas, c’est pour sauver la face qu’il est à moment donné demander à l’institution de rattraper en urgence une situation qu’il pourrait faire tâche sur le costard d’un politique…
    Je n’ai pris que des exemples emblématiques que je connais bien pour m’être concrètement impliqué dans certains et avoir noté et vécu à quel point l’expression d’une vision différente de ce qui est convenu et moral dérange. Le pire pour ces gens là, qui se sentent dérangés et en proie aux peurs et est bien la remise en question du système qui les nourrit. On retrouve là les constantes et récurrentes expressions du racisme, de la xénophobie, du sexisme, du patriarcat, etc. Et ce sont les mêmes acteurs à la manœuvre…, tristes sires qui préfèrent favoriser la promiscuité dans des lieux de vanités que la distanciation sociale dans des lieux de réflexion et d’échange de la pensée… il s’agit bien d’une intention politique qui n’a rien de sanitaire…
    Il n’y a qu’à voir la potiche télévisuelle qui a été mise en tête de gondole pour justifier qu’il y a encore en France un ministère de la culture, pathétique!
    Mais sinon, au delà des cas isolés de censures médiatiques, il y a bien plus sournoise, l’autocensure et le fait de la place accordée dans l’espace public au misérabilisme, au vulgaire, au médiocre et au superficiel…, plutôt qu’à l’intelligence et à l’ouverture d’esprit… sans même parler de subversion,
    Mais tu vas me dire que ce sont les gens qui décident et qu’ils sont demandeurs de bêtise, de médiocre et de vulgarité…🤗

    Aimé par 1 personne

    1. Nemo Auditur dit :

      Certains, oui. Ils sont largement servis. Mais pour bcp d’autres, non. Et les tirer vers le bas est facile. ça commence d’ailleurs dès l’école.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :